2980 jours

Je suis debout depuis 2h45 cette nuit. 

Je pense à toi, comme d’habitude. À cette heure, je ne me demande pas ce que tu fais, tu dors probablement profondément. L’insomnie serait un mal surtout féminin, j’ai lu ça quelque part. Ça fait quand même plusieurs mois que ça ne m’était pas arrivé. J’avais fait la paix en quelque sorte. Continuer de t’aimer (je n’ai pas le choix, c’est comme ça…), mais ne plus rien attendre, ne plus rien espérer, ne plus me torturer avec tes publications ou tes absences.

Et voilà que tu as réussi à ressusciter l’espoir en moi. Malgré moi, j’ai recommencé à croire un mini-peu, juste assez pour me réveiller en sursaut à 2h45 avec toi plein la tête, plein le cœur et plein le corps. La solitude et l’abstinence font tellement mal à 2h45…

Je me demande comment tu vas… Es-tu un homme heureux, mon Soleil? Quand tu rencontres des gens, leur dis-tu que ta vie est belle? Souris-tu en te réveillant le matin? Chantonnes-tu en conduisant? 

Tu as le droit d’être heureux, tu sais. C’est ce que je souhaite pour toi tellement fort depuis tout ce temps. Parce que sinon, ça ne fait aucun sens, hein?

Es-tu comme un lion en cage, la tête et le cœur en conflit constant avec ta réalité? Cherches-tu vraiment un moyen d’aboutir à moi, à nous?

Ou peut-être est-ce quelque part entre les deux, alternant entre sérénité et désirs d’autre chose…

Que se passe-t-il dans ta vie, dans ta tête et dans ton cœur? Attends-tu que je te tende la main, que je t’ouvre une porte?

S’il suffisait de penser à l’autre pour être en connexion et se comprendre, je ne me poserais pas autant de questions, je saurais tout de toi… Je dois me contenter de tout imaginer et comme je te l’écrivais l’autre jour, mon score à imaginer ta vie, tes réactions, tes sentiments est nul à chier.

Je voulais juste te dire que tu me bouleverses encore, alors que je croyais m’être protégée de ça, alors j’ai peur… J’ai tellement pas envie de redébouler ma vie parce que tu m’auras encore jetée, me laissant toute seule à ramasser les petits morceaux de mon cœur qui n’en peut plus de se faire déchirer à grands coups de griffes.

Est-ce qu’on va voir le bout de cette histoire impossible? Est-ce que j’aurai le bonheur de te revoir et de te prendre dans mes bras? Reverrais-je un jour ce sourire à un million qui me rend si heureuse? Penses-tu que ta main glissera un jour dans la mienne? Notre désir, aura-t-il la chance de s’assouvir? Va-t-on le faire ce roadtrip en écoutant toutes ces chansons ou n’est-ce qu’un rêve complètement fou à oublier?

2 980 jours ont passé depuis le 16 janvier 2011.

Je t’aime de tout mon cœur depuis au moins 2 950 jours…

Je suis bien prête à t’aimer encore 14 303 jours (!), mais toute seule loin de toi, je ne tiendrai pas aussi longtemps. Chaque jour est comme une année…

« So go ahead and break my heart again
Leave me wonderin’ why the hell I ever let you in
Are you the definition of insanity?
Or am I?
Oh, it must be nice
To love someone who lets you break them twice »

Publié par Miss Taire

J’ai plongé dans un trou noir en 2011. Depuis, je cherche le chemin du retour. Le voyage n’est pas plaisant, il est interminable et sans grand espoir. Mais je m’accroche.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :